Haut de page

Vos prévisionnels économiques

Cette étape consiste à traduire, en termes financiers tous les éléments que vous aurez réunis et à vérifier la viabilité de votre projet.

Quatre supports de travail sont à mettre en place

Diagnostiquer, évaluer l’entreprise, élaborer un plan de reprise...

Le plan de financement initial

Le plan de financement initial ou bilan de départ a pour but de lister les besoins permanents de l’entreprise nécessaires au démarrage et les ressources durables qu’elle peut affecter à ces besoins.

 

Le plan de trésorerie

C’est un tableau sur lequel sont portés tous les encaissements et décaissements prévus au cours de l’année en les ventilant mois par mois. Il permet d’anticiper les éventuels découverts bancaires.

Le compte de résultat prévisionnel

Le compte de résultat est un état financier que l’entreprise doit établir dans le but de présenter son Résultat Net (bénéfice ou perte) et les charges et produits qui ont permis de le calculer.

Le plan de financement à 3 ans

Le plan de financement à 3 ans permet de définir avec précision le montant des ressources nécessaires à l’entreprise pour financer son programme d’investissement ainsi que son cycle d’exploitation sur les 3 premières années.

Diagnostiquer, évaluer l’entreprise, élaborer un plan de reprise...

Le repreneur doit dégager les points forts et les points faibles de l’entreprise à reprendre et élaborer le montage juridique et financier de l’opération.

 

Le diagnostic de l’entreprise à reprendre

Plusieurs diagnostics sont à réaliser :

  • Diagnostic des moyens : outils dont dispose l’entreprise pour exercer son activité
  • Diagnostic de l’activité : potentiel de marché, compétitivité de l’entreprise
  • Diagnostic financier : rentabilité de l’entreprise, évaluation des charges de remboursement du crédit découlant de l’achat
  • Diagnostic humain : compétences productives en place ou ses carences
  • Diagnostic juridique : transfert des contrats notamment. Il est recommandé l’assistance d’un professionnel du Droit
  • Diagnostic qualité / sécurité / environnement : respect des normes en matière de sécurité, d’hygiène et d’environnement

L’évaluation de l’entreprise à reprendre

Une fois les différents diagnostics réalisés, le repreneur est à même de définir les points forts et les points faibles de l’entreprise qui l’intéresse.

À partir des éléments positifs et de ses ambitions, le candidat à la reprise déterminera une stratégie de développement de l’entreprise qu’il mettra en oeuvre lorsqu’il sera aux commandes.
A partir des éléments négatifs, il devra réaliser une étude attentive et définir s’ils sont corrigeables ou non, s’il est possible de pratiquer des actions correctrices
.

L’évaluation est à réaliser avec l’aide d’un professionnel compétent et neutre. Plusieurs méthodes existent mais une partie du prix résulte de la négociation entre le cédant et le repreneur.

Toutefois, il ne faut pas oublier que l’entreprise doit beaucoup à son dirigeant et que sa valeur est liée également à la personnalité de ce dernier et de son équipe de travail. L’évaluation inclut donc une part de subjectivité difficile à évaluer.

Le montage du plan de reprise

  • Montage juridique

Cadre dans lequel s’exerce l’activité de l’entreprise (Entreprise Individuelle ou Société).

Le repreneur peut acquérir le fonds à travers la création d’une nouvelle structure juridique en devenant propriétaire des actifs corporels et incorporels sans être responsable des dettes antérieures ou racheter les parts sociales de la société (reprise de l’actif et du passif).

Dans ce cas, il est recommandé de négocier une garantie d’actif et de passif.

  • Montage financier

Le repreneur, à partir de l’analyse interne qu’il a conduite, va rechercher si les ressources affectées à chaque fonction de l’entreprise sont bien adaptés aux nouveaux objectifs et si les ressources nécessaires sont en quantité suffisante.

Il va ensuite traduire en chiffres ses choix opérationnels avec l’élaboration d’un compte de résultat prévisionnel et d’un plan de financement pour vérifier qu’ils n’exigent pas la mise en œuvre de moyens irréalistes.

La négociation

C’est un travail commun de conciliation entre le cédant et le repreneur. Elle doit permettre de trouver un accord sur :

  • Le prix de cession
  • Les conditions de reprise
  • Les délais de reprise
  • L’accompagnement par le cédant
  • Les termes de la promesse de cession, du protocole d’accord, de la garantie de passif.

L’accord des 2 parties est formalisé par la signature d’un protocole d’accord ou d’un compromis de vente (une clause de non concurrence peut y être insérée)

Avant de s’engager sur un prix, un audit poussé de l’entreprise permettra de rassurer le repreneur avant la contractualisation de la cession.

Plusieurs solutions peuvent être envisagées pour que la reprise d’entreprise se déroule dans les meilleures conditions possibles tels que l’accompagnement du cédant pendant plusieurs mois ou l’intégration du repreneur dans l’entreprise avant la reprise effective.